Nous nous désolons de cette mesurette sur le taux de TVA qui va extrêmement compliquer la vie de tout le circuit du livre (qui a déjà une vie très compliquée), manger les marges et, à la fin, coûter un travail dantesque aux libraires et à la chaîne du livre pour un rendement assez peu probant.

Nous relayons donc ici le texte du MOTif.

Le projet de loi de finances rectificative, voté en ce moment à l'Assemblée et déjà en discussion au Sénat met en place la nouvelle TVA réduite à 7 %. Elle était à 5,5 % jusqu'alors. Le livre est assujetti à cette TVA réduite. La rentabilité de la librairie française s'établit autour de 0,5 % de son chiffre d'affaires avant impôt. Cette fragilité l'empêche de résister au choc de cette progressivité du taux de 5,5 à 7. Alerté par l'ensemble des professions du livre, l'État commence à en prendre conscience. Les députés et sénateurs auront ce mercredi, dans la cadre de la commission mixte paritaire qui se réunira, le pouvoir de proposer un changement de la loi. Le livre étant aussi un produit de première nécessité, l'affirmer à nos députés et sénateurs est vital ce samedi. Je vous invite à leur adresser ce message par courriel dès aujourd'hui: « Madame, Monsieur, nous comptons sur votre appui pour que l'Assemblée et le Sénat s'opposent à l'application de la TVA à 7 % pour le livre. Cela menace directement toute la chaîne du livre (imprimeries, éditions, librairies, bibliothèques) sur tout notre territoire. »

Un petit courrier au député n'est pas toujours inutile.