Confucius : « Qui entend le Tao le matin peut le soir mourir serein. » Ajoutons : d'autant plus sereinement le soir que tout était dit au matin. (Évidemment, il faut savoir entendre.)

Une page du Spinoza par les bêtes, en version coréenne

La perche est certes longue comme le nez de Pinnochio, mais ce matin calme de la naissance de la version coréenne de notre Spinoza valait bien l'apostrophe de la présente notule.
Spinoza par les bêtes en Corée ?
— Mais oui, madame !
— Quelle persévérance…

♦ Recherchant « royaume ermite », je suis tombé sur ce conte. Le Web est sans bornes.

♦ Addendum tardif — Un correcteur avisé et vaguement goguenard me fait remarquer de manière pertinente qu'on transcrit d'habitude en Confucius plutôt qu'en Confusius comme je l'avais écrit. Autant vous dire que je suis mort de confucion.